Follow:
Cinéma/ Série

3 films à voir sur le racisme

Hello !

Comme vous le savez, l’année 2020 a été compliqué sur de nombreux sujets, dont les discriminations raciales, engendrées par la mort de George Floyd. Le mouvement Black Lives Matter qui a vu le jour en 2013, a de nouveau fait surface, dans le cadre d’une crise socio-politique assez compliquée. Je pense que l’art est un excellent moyen de sensibiliser les gens à cette cause importante, alors j’ai décidé de vous présenter trois films qui traitent du racisme.

Bonne lecture !

Detroit

Detroit, Affiche

Synopsis et détails

Interdit aux moins de 12 ans Été 1967. Les États-Unis connaissent une vague d’émeutes sans précédent. La guerre du Vietnam, vécue comme une intervention néocoloniale, et la ségrégation raciale nourrissent la contestation.
À Detroit, alors que le climat est insurrectionnel depuis deux jours, des coups de feu sont entendus en pleine nuit à proximité d’une base de la Garde nationale. Les forces de l’ordre encerclent l’Algiers Motel d’où semblent provenir les détonations. Bafouant toute procédure, les policiers soumettent une poignée de clients de l’hôtel à un interrogatoire sadique pour extorquer leurs aveux. Le bilan sera très lourd : trois hommes, non armés, seront abattus à bout portant, et plusieurs autres blessés…

Ce film, réalisé par Kathryn Bigelow, est tout bonnement incroyable. Durant les deux heures et demi de ce long-métrage, la tension est à son apogée. En tant que spectateur, on se demande comment ce que l’on est en train de voir est possible. Le film montre notamment comment commence une bavure policière, et comment elles sont enterrées. Le plus révoltant à mon sens est que ce long-métrage, est inspiré de faits réels. Kathryn Bigelow nous met dans une position d’inconfort, de gène, voir même de peur, mais aussi de révolte. Je ne peux que vous encourager à le voir, même s’il est assez dur à visionner, si vous vous en sentez capable, foncez !

Blackkklansman

Synopsis et détails

Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l’histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions.

En se faisant passer pour un extrémiste, Stallworth contacte le groupuscule : il ne tarde pas à se voir convier d’en intégrer la garde rapprochée. Il entretient même un rapport privilégié avec le « Grand Wizard » du Klan, David Duke, enchanté par l’engagement de Ron en faveur d’une Amérique blanche. Tandis que l’enquête progresse et devient de plus en plus complexe, Flip Zimmerman, collègue de Stallworth, se fait passer pour Ron lors des rendez-vous avec les membres du groupe suprémaciste et apprend ainsi qu’une opération meurtrière se prépare. Ensemble, Stallworth et Zimmerman font équipe pour neutraliser le Klan dont le véritable objectif est d’aseptiser son discours ultra-violent pour séduire ainsi le plus grand nombre.

Spike Lee est l’un de mes réalisateurs préférée. Il a déjà réalisé d’autres films engagés tel que Malcolm X par exemple. Blackkklansman nous raconte l’histoire d’un jeune homme afro-américain ayant rejoint la police. Là-bas, il a du mal à s’intégrer, il décide alors de tenter une chose folle : essayer d’intégrer le Ku Klux Klan ( Groupe suprématiste blanc). Ce film est comme Détroit, inspiré de fait réels. Spike Lee mélange parfaitement sujets sérieux, auto-dérision et humour. Vous pouvez foncer les yeux fermés !

Les Misérables

Synopsis et détails

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, deux « Bacqueux » d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes…

Ce dernier film est mon petit chouchou de l’année, c’est une véritable pépite selon moi. On y voit comment se passe la vie en banlieue, les occupations des jeunes, le mode de vie des habitants et leur relation avec les forces de l’ordre. Le film ne montre pas seulement le point de vue de la banlieue, mais aussi celui de la vie des policiers de la BAC. Ainsi, le réalisateur Ladj Ly ne prend pas position dans son film, il met en avant chaque côté dans ses moments les plus complexes, et nous propose une fin ouverte qui nous invite, à nous faire notre propre réflexion sur le sujet. Si jamais vous ne l’aviez pas encore vu, je vous encourage fortement à le faire

Dites-moi en commentaire si vous avez vu un, ou plusieurs des films de cette liste, et n’hésitez pas à m’en proposer aussi !

Prenez soin de vous les amis !!

Previous Post Next Post

You may also like

No Comments

Leave a Reply